L. Flutsch u.a.: Archéologie en terre vaudoise

Cover
Titel
Archéologie en terre vaudoise.


Autor(en)
Flutsch, Laurent; Gilbert Kaenel; Frédéric Rossi
Erschienen
Gollion 2009: Infolio
Anzahl Seiten
215 p.
Preis
Michel Fuchs

Nonante-deux textes courts pour vingt-sept communes et sites vaudois cités comme exemples phares de l’archéologie du canton: c’est bien peu lorsque l’on considère les cartes présentant les sites archéologiques vaudois identifiés et les périmètres protégés à ce jour. C’est beaucoup et c’est surtout une synthèse de qualité pour rendre hommage aux trente-six années d’activité inlassable de Denis Weidmann comme archéologue cantonal jusqu’en 2009. Le catalogue rend compte de fouilles qui ont marqué les années 1970 à début 2000; sur les deux pages de présentation de chacune d’elles, la page de droite est judicieusement réservée à l’illustration d’un objet ou d’une vue particulièrement parlante du site choisi. C’est ainsi avec un certain luxe que l’on passe des découvertes du paléolithique à celles de l’époque moderne, du bassin de cheval et des microlithes de Mont-la-Ville au quartier pas si pourri du Rôtillon à Lausanne, en passant par le gamin de plus de 6500 ans d’Onnens, la louche de Concise, la statue-menhir de Lutry, le bronze du Léman à Préverenges, la roue de 3000 ans de Grandson ou l’épée miniature de 150 av. J.-C. d’Yverdon-les-Bains. La grande surprise du Mormont, la fouille d’un lieu de culte des Helvètes, a sa place dans un tel ouvrage, à côté des découvertes monumentales du monde romain à Nyon et à Avenches, là où se dresse un rempart aux cent mille pieux. Il ne faudrait pas oublier la mise au jour de la fastueuse résidence romaine de Pully, l’une des premières interventions de Denis Weidmann en faveur de la conservation d’un monument exceptionnel du patrimoine vaudois. Qui se doutait de l’existence d’un théâtre romain à Lausanne? Comment ne pas citer les fouilles si formatrices de la vaste villa d’Orbe-Boscéaz, si chère aux Vaudois depuis la découverte au XIXe siècle de mosaïques aujourd’hui internationalement connues? Les siècles suivants ne sont pas en reste avec les poupées d’ivoire et la barque d’Yverdon, les fibules franques ou la plaque-boucle biblique du Clos d’Aubonne à la Tour-de-Peilz, l’histoire de Jonas et de la baleine dans le sous-sol de l’église Saint-Martin à Vevey, les statues peintes d’un chevalier et d’un prieur clunisien à Romainmôtier, la tirelire vide de la Place de la Palud à Lausanne. L’ouvrage est la prolongation d’une exposition tenue au Musée romain de Lausanne-Vidy de juin 2009 à janvier 2010; elle avait pour titre cette expression bien de chez nous: «Déçus en bien!», une invitation tranquille à parcourir les «surprises archéologiques en terre vaudoise». Le visiteur était prié d’entrer dans une tente de chantier et y découvrait les artefacts sélectionnés pour l’occasion. Le catalogue était le complément indispensable à la mise en contexte des objets présentés, en les replaçant dans leur site d’origine, en fournissant une bibliographie pour une plus grande information, en donnant les dates des interventions. Le chapitre signé par l’ancien archéologue cantonal, lui à qui ses premières amours scientifiques ont valu le surnom de Pollen, mérite une mention spéciale. Sous forme de bilan autant que d’un historique des recherches archéologiques dans le canton de Vaud, D.Weidmann rappelle la loi adoptée par le Conseil d’État le 10 septembre 1898, la première du genre en Suisse, à l’origine de l’article 724 du Code civil suisse adopté en 1912 sur l’acceptation des fouilles archéologiques et l’attribution aux cantons de la propriété des objets mis au jour. Il souligne avec justesse les contradictions de la gestion du patrimoine, cette «équation à plusieurs inconnues», lançant cette question insidieuse: «Peut-on placer les sites d’un canton sur une échelle de valeurs?». La publication suscitée par tant d’années d’expérience démontre à quel point l’archéologie, vaudoise en particulier, est un service indispensable à la connaissance de notre passé, à la conservation et à la présentation de ses témoins.

Citation:
Michel Fuchs: Compte rendu de: Laurent FLUTSCH, Gilbert KAENEL, Frédéric ROSSI (dir.), Archéologie en terre vaudoise, Gollion, Infolio, 2009. Première publication dans: Revue historique vaudoise, tome 119, 2011, p. 336.

Redaktion
Veröffentlicht am
10.07.2012
Beiträger
Redaktionell betreut durch
Kooperation
Die Rezension ist hervorgegangen aus der Kooperation mit infoclio.ch (Redaktionelle Betreuung: Eliane Kurmann und Philippe Rogger). http://www.infoclio.ch/
Weitere Informationen
Klassifikation
Epoche(n)
Region(en)
Thema
Mehr zum Buch
Inhalte und Rezensionen
Verfügbarkeit