M. Agulhon u.a.: La France de 1848 à nos jours

Cover
Titel
La France de 1848 à nos jours.


Autor(en)
Agulhon, Maurice; Nouschi, André; Olivesi, Antoine; Schor, Ralph
Erschienen
Paris 2008: Armand Colin
Anzahl Seiten
983 p.
Preis
François Jequier

Contrairement à la Suisse romande incapable de «produire» des manuels d’histoire nationale, la France ne cesse de renouveler et de compléter les siens depuis les Lavisse et autres Malet-Isaac qui connaissent même des rééditions récentes après le succès de l’Histoire de France de Michelet. La maison Armand Colin a décidé avec une belle prise de risque de rééditer en un seul gros volume de près de mille pages denses sur deux colonnes les trois tomes classiques des études historiques couvrant l’histoire de France de 1848 à nos jours, publiés par Nathan Université dans les années soixante-dix et réédités avec quelques importantes mises à jour et ajouts vingt ans plus tard.

Les chapitres consacrés à la politique intérieure, synthétiques et remarquablement ordonnés, ont peu changé; les nouveaux apports survolent l’évolution des forces politiques de l’élection présidentielle de 1995 à celles du printemps 2007. Cette analyse sociopolitique met l’accent sur l’émiettement des partis, les changements d’équilibre au sein de la gauche, l’effondrement du Parti communiste et l’émergence (renaissance) de la nébuleuse des «autres gauches». Un ton mesuré, une langue déliée et une réelle volonté de clarification agrémentent la lecture et donnent à l’histoire politique du temps présent sa raison d’être.

La lecture en parallèle des différentes éditions permet de mettre en évidence les remaniements majeurs, et surtout l’analyse attentive des nombreuses introductions et conclusions fait apparaître une nette évolution dans l’appréciation de la place et de l’image de la France sur la scène internationale, en particulier ses relations ambivalentes face à l’Europe en construction. Au scepticisme prudent des années 1990 succède un constat sévère sur la perte de puissance et de prestige de la France et sur l’incapacité récurrente de l’Europe à «agir et avoir le moindre projet efficient» (p. 911). Ces prises de position, parmi de nombreuses autres, dans la conclusion générale d’un manuel d’histoire de France, appelé à une large diffusion, sont à mettre au compte de la liberté d’expression et de la vaste culture historique, politique, économique et sociale d’André Nouschi, coordinateur de ce travail d’équipe, seul auteur dont le nom figure sur tous les volumes des précédentes éditions et artisan des principaux ajouts de cette dernière mouture.

Le XXe siècle (1914–2007) occupe une part majeure avec ces nouveaux chapitres couvrant les quinze dernières années. Un bel équilibre entre le politique, l’économique, le social et les relations extérieures donne une vue d’ensemble agrémentée d’analyses fouillées sans parti pris. Les pages consacrées à l’économie, richement étayées, tableaux et chiffres tirés de l’INSEE à l’appui, frappent par leur clarté en donnant tout leur sens, aux buts fixés: continuité, simplicité et information. Les nombreuses questions rythmant ces pages interpellent le lecteur, obligé en quelque sorte d’y réfléchir, et rappelant par là l’importance du questionnement en histoire. Ce manuel montre bien la complexité des interprétations de toutes ces interférences qui structurent une histoire nationale qui ne se conçoit plus sans insertion dans un contexte européen et mondial.

Les moments clés comme la colonisation, l’expansion économique, les deux guerres mondiales, les aléas de la politique extérieure tiennent compte de l’évolution historiographique, dont de nombreuses références récentes dépassent le creuset franco-français. La manière d’aborder les grands thèmes comme celles de leurs controverses suggérées rend la lecture de ce gros pavé vraiment attrayante. Les nouveaux chapitres surprennent par leur modernité, l’apport des éclairages pluridisciplinaires et l’ampleur de l’information. Les pages survolant l’économie, parmi les plus denses, ne sacrifient rien au politiquement correct, allant jusqu’à mettre en cause la compétence de Jean-Claude Trichet dans ses choix à la tête de la Banque Centrale Européenne ou fustigeant l’hypocrisie de la Grande-Bretagne face à l’Union européenne qu’elle «utilise seulement quand elle y a intérêt» au grand dam de la France. Les analyses budgétaires et la mise en évidence des dangers à long terme d’un endettement en forte croissance frappent par leur juste répartition des responsabilités entre les gouvernements de gauche et de droite épinglés pour leur laxisme face aux déficits publics. Cette liberté de ton et d’opinion fondée sur des argumentations documentées et nuancées donne à ce manuel une dimension inattendue que l’on retrouve dans le survol de la France et le monde entre 1995 et 2007. Pour André Nouschi, la France n’a plus les moyens de ses politiques sur la scène internationale. Dans son analyse des relations diplomatiques, il propose des hypothèses dérangeantes sur les conséquences de l’élargissement incontrôlé (incontrôlable?) de l’Europe, sur les rapports ambigus des Etats-Unis avec les pays du Proche-Orient qu’ils fournissent en armes de part et d’autre sans état d’âme avec le pétrole en toile de fond, domaine où les travaux de l’auteur font autorité depuis des décennies. Le monde russe et l’Asie sont esquissés. L’Afrique fait l’objet d’un examen rigoureux qui nomme la réalité des contorsions de la politique française en «France Afrique» où le pétrole et le gaz restent des éléments déterminants que l’auteur ne perd jamais longtemps de vue. Les exemples du Gabon et de la Côte d’Ivoire ne laissent aucun doute sur les dérives de la démocratie à l’africaine et sur la corruption de ses dirigeants qui n’hésitent pas à détourner à leur profit personnel les aides de la France et celles des nouveaux venus sur les champs pétrolifères.

Les relations de la France avec le Maghreb de ces quinze dernières années sont survolées avec une rare maîtrise, une belle concision et sans concession. La nature de ces relations reste inflammable sans remettre vraiment en cause les flux tendus de gaz et de pétrole, masqués par des querelles sporadiques trop vite exploitées par les médias de part et d’autre. La lucidité et la clarté de la conclusion générale s’imposent comme un modèle du genre pour un manuel d’histoire nationale rédigé sans contrainte.

Ce bel instrument de travail se consulte aisément grâce au sommaire général en début d’ouvrage, complété en fin de volume par une table des matières aérée et détaillée d’une douzaine de pages avec sa structure en dix parties et ces 65 chapitres aux nombreuses sections thématiques. Les sources et documents insérés dans le texte rendront service aux enseignants de même que les 120 notices biographiques aux dates réactualisées. La note annexe sur la valeur du franc français clairement présentée mérite d’être soulignée, elle évitera les confusions classiques dans les comparaisons. Enfin, les trente pages de bibliographie réellement mises à jour et structurées par thèmes tiennent compte, comme les chapitres réécrits, des derniers travaux, ce qui permettra d’approfondir rapidement les questions abordées. Un index onomastique de quinze pages facilitera les recherches ponctuelles.

Une belle synthèse d’usage facile qui honore la grande tradition française des manuels d’histoire nationale.

Citation:
François Jequier: compte rendu de: Maurice Agulhon, André Nouschi, Antoine Olivesi, Ralph Schor: La France de 1848 à nos jours. Paris, Armand Colin, 2008. Première publication dans: Revue Suisse d’Histoire, Vol. 60 Nr. 1, 2010, p. 162-164.

Redaktion
Veröffentlicht am
07.02.2012
Beiträger
Redaktionell betreut durch
Kooperation
Die Rezension ist hervorgegangen aus der Kooperation mit infoclio.ch (Redaktionelle Betreuung: Eliane Kurmann und Philippe Rogger). http://www.infoclio.ch/
Weitere Informationen
Klassifikation
Region(en)
Mehr zum Buch
Inhalte und Rezensionen
Verfügbarkeit